Vanessa Martin : « Je ne me vois pas écrire autre chose que de la romance »

Publié le : 25/05/2019 15:45:00
Catégories : Interviews , Quoi de neuf ?




Qu'est-ce-qui vous a inspiré pour l'écriture de "Deep love" ? En combien de temps l'avez-vous écrit ?

Vanessa Martin : La partie épistolaire de « Deep Love » me trottait dans la tête depuis un certain temps, car j’aime cette forme d’échange.  Ce n’est pas pour rien que je communiquais avec ma meilleure amie de cette façon quand je suis partie vivre à l’étranger. Puis c’est à la mort de mon grand-père que je me suis concrètement lancée dans l’écriture. Ça m’a servi d’exutoire. Au départ je n’avais aucune idée du fil conducteur. J’imaginais simplement des bribes de la vie de mon personnage principal et, au-fur-et-à-mesure, l’histoire s’est imposée d’elle-même.  J’ai mis en tout et pour tout moins de 3 mois à l’écrire. Les insomnies à répétition étaient mes meilleures alliées.



Avez-vous mis un peu de vous dans les personnages ? Si oui, pouvez-vous préciser ?

Oui, j’ai mis un peu de mon caractère dans le personnage de Marie. Elle est curieuse, rancunière et cache sa fragilité derrière un masque d’ironie. Malgré les épreuves elle reste forte. Et avec Isaac nous avons la détermination en commun. Marie a également mon goût pour la littérature et la musique.  Je n’ai pas pu m’empêcher de rajouter de petites scènes et des détails qui se sont réellement produits dans ma vie personnelle afin d’être plus proche de mes personnages. Les endroits cités sont tout aussi importants car je les connais tous. C’est grâce à mes souvenirs que j’ai décrit leurs aventures.



Pourquoi avoir choisi d'écrire de la romance ? C'est un genre qui vous plaît particulièrement ?

Je suis une dévoreuse de livres invétérée mais à chaque fois que je lis autre chose que de la romance, aussi bonne soit l’histoire, je ne suis jamais entièrement satisfaite. Il me manque toujours quelque chose. Écrire dans ce genre en particulier m’a semblé être une évidence. Pour l’instant je ne me vois pas écrire dans un autre registre.



Dans   "Deep   love",   vous   évoquez   une   liste   de   choses   à   faire   avant   de mourir… Pourquoi ? C'est un sujet qui vous touche ?

L’idée de la liste est venue de ma fille qui se promenait dans la maison en citant tout ce qu’elle voulait faire pour son anniversaire et ce 7 mois à l’avance. Elle disait : « note maman, je veux faire plein d’aventures ».  C’est venu comme ça, puis la liste s’est dressée toute seule. Je me suis inspirée de ce que je rêvais de faire étant ado puis de quelques choses que j’ai voulu faire étant plus grande. Je vous laisse imaginer lesquelles.  Tout le monde a des rêves. Aussi fous, bizarres ou inexplicables soient-ils, et il est important de ne pas les oublier, tant qu’on a la possibilité de les réaliser.



Quel message souhaitez-vous faire passer avec "Deep love" ?

Il ne faut pas perdre son temps avec des futilités et aller à l’essentiel tant qu’il est encore temps. La carrière, les études, l’argent c’est important mais il suffit d’une seconde pour que la vie bascule et que tout ça n’ait plus aucune importance. Les regrets sont un sont un lourd fardeau à porter.




Pour lire un extrait exclusif de « Deep love » dans notre Lipsithèque, cliquez juste ici !




Produits associés

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Nouveau compte S'inscrire