On a posé 5 questions à Emma Kerman

Publié le : 04/06/2019 17:30:00
Catégories : Interviews , Quoi de neuf ?



Qu'est-ce-qui vous a poussé à écrire "Memento" et quand avez-vous commencé ?

Emma Kerman : Je fais partie de ces personnes qui se souviennent très clairement de leurs rêves à leur réveil. La majorité de mes histoires proviennent de là et « Memento » en fait partie. Un jour d’août 2017, j’ai vu une petite annonce pour un concours éditorial de romance et, même si je n’avais pas l’intention d’y participer, je pense qu’inconsciemment, cela m’a travaillé jusque dans mon sommeil. J’ai alors rêvé de cette ébauche d’histoire d’amour entre une victime et un premier suspect, et j’ai ressenti le besoin de l’exploiter. Je pensais qu’il y avait matière à raconter et à en faire un roman, alors je me suis jetée à l’eau. 



Parlez-nous un peu de vous...

J’ai 23 ans et je viens d’un petit village d’Eure-et-Loir, proche de Chartres, où j’ai grandi avec ma famille. Actuellement, je suis étudiante en dernière année de Master. J’ai passé mes trois premières années universitaires à travailler l’anglais et la littérature pour me diriger vers la rédaction et la traduction. À côté de mes études, je traduis des livres de romances pour une maison d’édition et je suis stagiaire rédactrice et iconographe dans la section cinéma/série d’une entreprise de médias.



D’où vient votre passion pour l’écriture ? Comment en êtes-vous venue à être publiée ?

J’ai toujours aimé la lecture. Mes bibliothèques ont beau être remplies à ras bord, cela ne m’empêche pas d’acheter toujours plus de livres et d’avoir envie de découvrir toujours plus d’univers. Je me suis longtemps demandée si moi aussi je pouvais avoir assez d’imagination pour créer ma propre histoire de A à Z, sans avoir réellement le courage de me lancer. Pour y aller par étape, j’ai d’abord commencé par l’écriture de quelques fanfictions de mes romans et séries préférées. Au fil des années, j’ai eu envie de donner vie à ces personnages et à ces débuts d’histoires qui me trottaient dans la tête. « Memento » a vu le jour sans réel but si ce n’est pour mon plaisir d’écrire et celui de divertir ma famille et mes amis. C’est sur les conseils de mes proches que j’ai voulu tenter l’aventure éditoriale. Et aujourd’hui, je suis fière d’avoir ma place au sein des éditions Lips&Co, qui ont accepté de me donner ma chance malgré mon manque d’expérience.



Quel message souhaitez-vous véhiculer dans « Memento » ?

À travers ce roman, j’aimerais faire prendre conscience d’un défaut que l’on a sans doute un peu tous, à savoir le fait de juger trop vite ceux et celles qui nous entourent. J’aime ces personnages complexes qui ne sont ni tout blancs, ni tout noirs, et que l’on peut détester en début de roman et adorer à la dernière page, parce qu’on aura alors appris à les découvrir et à les comprendre. Inconsciemment, j’essaye probablement aussi de prouver que la thématique des amours interdits a encore de beaux jours devant elle dans l'univers de la romance.



Y a-t-il un peu de vous dans le personnage de Sophia ?

Sophia est la réunification de trois personnes. Elle porte un dérivé du prénom de ma maman, la date de naissance de ma petite sœur et une partie de mon caractère. Comme elle, je suis du genre obstiné et impatient, sauf que je n’ai pas l’amnésie qui puisse justifier ses défauts. À côté de cela, j’aimerais être aussi courageuse et déterminée qu’elle dans ce que j’entreprends. J’espère n’avoir jamais à traverser les mêmes d’épreuves qu’elle, mais j’admire sa force et sa persévérance.





Découvrez un extrait de Memento dans notre Lipsithèque ! 




Produits associés

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Nouveau compte S'inscrire