June Robin : « Je voulais écrire sur ceux qui ne connaissent que la solitude »

Publié le : 30/07/2019 17:30:00
Catégories : Interviews , Quoi de neuf ?



Qui vous a inspiré pour les personnages de Lilly et Marley ? 

June Robin : Vu que Lilly était très seule et n'avait plus confiance en personne, il fallait qu'elle rencontre un homme mature à qui les responsabilités ne font pas peur. Après sur les petits points de détails, Lilly est un savant mélange de plusieurs personnes que je connais, tout comme Marley.



Le thème de la responsabilité est très présent dans « Solitaires » : Marley qui s’occupe de ses frères et sœurs, Lilly qui a décidé de garder son bébé au début de l’histoire… Est-ce une volonté de votre part ? 

J'aime particulièrement la solitude. Même si je suis entourée. J'ai être seule. J'apprécie les gens torturés, les personnes pétries de responsabilités. Pour moi, ils correspondent à la réalité, au quotidien, aux gens qui nous entourent et que l'on croise sans même les remarquer. Je voulais écrire sur des gens qui ne connaissent que la solitude. Sur des gens écrasés sous le poids des responsabilités et c'est comme ça que mes personnages ont pris vie dans mon imagination. 



Pourquoi avoir choisi de raconter l’histoire du point de vue des personnages ? 

Tous mes livres sont racontés du point de vue de chaque personnage. Je ne sais pas faire autrement. Lorsque j'écris une partie correspondant à mon personnage féminin, j'ai tout de suite envie d'analyser ce que l'autre ressent de son côté. Même lorsque je lis, j'apprécie particulièrement les romans qui sont écris de cette façon. Sans cela, je me pose beaucoup trop de questions sur l'autre face de l'histoire. Celle qui n'est pas présentée. J'aime que la parole soit donnée aux deux protagonistes.



Pourquoi avoir appelé votre personnage masculin « Marley » ? Êtes-vous fan du chanteur ? 

Bob Marley : qui ne l'aime pas ? Tout le monde peut au moins fredonner une de ses chansons. Sans être fan, j'aime ses messages d'amour, de tolérance et par-dessus tout je trouve que cette citation qui est de lui colle à la peau de Marley : « Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option ».




Découvrez le début de « Solitaires » dans notre Lipsithèque ! 




Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Nouveau compte S'inscrire